• La librairie Arbre-Monde 5 bis avenue Aristide Briand

  • 13800 Istres

  • 04.90.19.39.32

Jᴏᴜʀɴᴇ́ᴇ ɪɴᴛᴇʀɴᴀᴛɪᴏɴᴀʟᴇs ᴅᴇs ᴅʀᴏɪᴛs ᴅᴇ ʟᴀ ғᴇᴍᴍᴇ

La Journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle, en Europe et aux États-Unis, réclamant des meilleures conditions de travail et le droit de vote.
C'est en 1975, lors de l'Année internationale de la femme, que l'Organisation des Nations Unies a commencé à célébrer la Journée internationale des Droits des femmes le 8 mars.

Voici quelques conseils de lecture à offrir aux femmes ET aux hommes, pour ce jour et tous les autres...

#InvestInWomen #lesfemmesveulent #manspreading #lesprincessesontdespoils #droitsdesfemmes

La puissance invaincue des femmes

Zones

18,00

Qu'elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l'Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?
Ce livre en explore trois et examine ce qu'il en reste aujourd'hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante — puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l'époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d'horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s'est développé alors tant à l'égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.


MeToo, au-delà du hashtag

Points

7,90

Un collectif qui croise les regards sur la révolution féministe provoquée par MeToo, ses limites, ses enjeux et ses perspectives.
En octobre 2017, #MeToo se propageait sur les réseaux sociaux, et le monde ne serait plus jamais comme avant. Si l’on sait que ce mouvement marquera l’histoire, on peine encore à en mesurer toutes les conséquences, tant il est en évolution permanente et ouvre des fronts de lutte multiples. Ce collectif, réunissant journalistes, militantes, musiciennes, étudiantes, philosophes, chercheuses ou essayistes, pose un regard singulier sur cette révolution féministe.À l’heure où le conservatisme reprend ses droits partout dans le monde, où le soupçon de mensonge ne cesse de peser sur les victimes, elles livrent chacune un point de vue documenté, urgent et passionné, au-delà du hashtag.
Sous la direction de Rose LamyAvec les textes d’Angèle, Rokhaya Diallo, Elvire Duvelle-Charles, Camille Froidevaux-Metterie, Lexie, Louz, Christelle Murhula et Reine Prat


19,90

LʼHistoire telle qu'on l'enseigne encore à lʼécole ne tient pas compte du rôle des femmes au fil des siècles.
À la Préhistoire, elles chassaient. Au Moyen Âge, elles bâtissaient des cathédrales ou gouvernaient des fiefs. Elles se sont battues lors de la Révolution. Au XXe siècle, elles ont lutté pour obtenir l'égalité des droits. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elles aussi ont été résistantes.Avec humour et pédagogie, Titiou Lecoq nous fait découvrir une nouvelle histoire de France.


8,50

Pourquoi l'Histoire a effacé les femmes
De tout temps, les femmes ont agi. Elles ont régné, écrit, milité, créé, combattu, crié parfois. Et pourtant elles sont pour la plupart absentes des manuels d'Histoire. Pourquoi ce grand oubli ? De l'âge des cavernes jusqu'à nos jours, Titiou Lecoq s'appuie sur les découvertes les plus récentes pour analyser les mécanismes de cette vision biaisée de l'Histoire. Elle redonne vie à des visages effacés, raconte ces invisibles, si nombreuses, qui ont modifié le monde. Pédagogue, mordante, irrésistible, avec elle tout s'éclaire. Les femmes ne se sont jamais tues. Ce livre leur redonne leurs voix. Véritable phénomène depuis sa sortie, Les Grandes Oubliées de Titiou Lecoq a conquis plus de 100 000 lecteurs et lectrices en quelques mois. " Il faut lire ce livre ! Brillant, drôle et hyper accessible. " ELLE " Un livre édifiant que l'on dévore. À offrir absolument ! " La Grande Librairie " Il existe des livres qui hantent les lecteurs. Ce livre est un de ceux-là. " France Inter


1 - Les faits et les mythes

Folio

11,70

«Nous commencerons par discuter les points de vue pris sur la femme par la biologie, la psychanalyse, le matérialisme historique. Nous essaierons de montrer ensuite positivement comment la "réalité féminine" s'est constituée, pourquoi la femme a été définie comme l'Autre et quelles en ont été les conséquences du point de vue des hommes. Alors nous décrirons du point de vue des femmes le monde tel qu'il leur est proposé ; et nous pourrons comprendre à quelles difficultés elles se heurtent au moment où, essayant de s'évader de la sphère qui leur a été jusqu'à présent assignée, elles prétendent participer au mitsein humain.»Simone de Beauvoir.