My absolute darling

Publié par Anne-Cécile Lefebvre le

de Gabriel Tallent, traduit par Laura Derajinski, chez Gallmeister, ISBN  978-2-35178-168-5

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace.

Description éditeur, site Gallmeister.fr/

Comment parler d’un livre qui vous coupe le souffle ? My absolute darling est une lecture à part, qui vous marque profondément.


Julia, alias Turtle, alias Croquette, est une héroïne comme on en rencontre peu, une adolescente sans code, sans repère, ignorante de la culture, pauvre en vocabulaire et en empathie. On la découvre idiote sur les rangs du collège, méchante avec les autres, insensible. Obsédée par les armes qu’elle passe des heures à nettoyer, vulgaire, sous emprise d’un amour incestueux, elle n’attire pas, au premier abord la sympathie. 


Puis on explore son univers, le monde dans lequel elle vit. le monde que nous connaissons est, pour elle, au bord de l’effondrement, annoncé par son père James qui prépare sa fille à la survie après l’apocalypse. La nature qui entoure la maison familiale est envahissante, empoisonnée, hostile. L’océan, omniprésent comme le bruit de vagues au pied des falaises, fracasse les rochers, glace les corps nus, menace.


Et l’on découvre au fil des pages une héroïne qui lutte contre l’influence mortifère d’un paternel violent, psychopathe, pervers, pédophile, contre le dégoût d’elle-même, contre tout ce qu’elle ne comprend pas et qu’elle craint : la société, les autres jeunes, son histoire familiale. Turtle est une force de la nature, qui va chercher au plus profond de ses ressources la force de vivre, l’espoir de la liberté, la connaissance d’elle-même.


On tourne les pages de ce livre en tremblant, inquiet de chaque rebondissement, chaque chapitre plus abasourdi. le récit de l’amour/haine de Turtle envers son père, un homme à la fois lucide et monstrueux, détestable et humain, nous emmène derrière les plus obscures pensées, la psychologie la plus intime, sombre d’une femme en quête d’elle-même.
L »intrigue, l’atmosphère de ce livre m’a beaucoup fait penser aux films de Quentin Tarentino dont je suis une grande fan. On y trouve les mêmes personnages hors-normes, entiers mais non stéréotypés, la même tension de violence, l’engrenage des gestes, des mots, jusqu’à la scène finale qui nous tient en haleine jusqu’au dernier souffle.

À PROPOS DU LIVRE

Prix America du meilleur roman étranger 2018

Prix de l’Héroïne de Madame Figaro 2018

Prix Marianne d’Un aller-retour dans le Noir 2018

Prix Lucioles des lecteurs 2018

Prix Libr’à nous 2019

Prix Mystère de la critique 2019

L’avis d’Anne-Cécile

La lecture de ce premier roman est un vrai coup de poing autant qu’un coup de cœur. Un roman puissant comme vous en lirez peu.

Le moment viendra où ton âme devra être solide et pleine de conviction, et quelle que soit ton envergure, ta rapidité, tu gagneras seulement si tu sais te battte comme un putain d’ange tombé sur terre, avec un cœur absolu et une putain de conviction totale, sans la moindre hésitation, le moindre doute ni la moindre peur, aucune division qui risque de monter une partie de toi-même contre l’autre. Au final, c’est ce que la vie exige de toi. Pas d’avoir une maîtrise technique mais un côté impitoyable, du courage et une singularité dans tes objectifs. Fais attention. 

My Absolute Darling page 60, Gallmeister 2018

Catégories : Littérature

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *